Café : combien de tasses pour prévenir Alzheimer ?

cafe

Un peu de café chaque jour pourrait préserver les fonctions cognitives. Tout est dans la dose.

Les personnes qui boivent un peu de café chaque jour auraient moins de risque de voir leur mémoire et leurs capacité cognitives décliner et de développer une démence. C’est la conclusion d’une méta-analyse de 9 études prospectives portant au total sur 34282 personnes, qui paraît dans Clinical Nutrition.

Les bénéfices se situent au niveau de 1 à 2 tasses de café par jour avec un risque de détérioration des facultés cognitives diminué modestement : -18%. En-deçà et au-delà de ces doses, les auteurs de l’étude n’observent pas de protection. 

Des travaux précédents ont trouvé que le café agit sur la mémoire. « La recherche montre que le café augmente la vigilance, l’activité corticale et la vitesse de l’information », explique le Dr Martin Vreugdenhil, chercheur à l’université de Birmingham, qui a conduit l’une de ces études.

Le café interagit avec un neurotransmetteur : l’adénosine. Cette molécule possède différents types de récepteurs. Si elle se fixe sur un récepteur appelé A1, l’adénosine va provoquer une baisse d’activité des cellules nerveuses. En revanche si elle se fixe sur le récepteur A2a, cette même molécule va au contraire booster l’activité du cerveau. C’est là que le café entre en jeu : il bloque les récepteurs A1 et oblige donc l’adénosine à se diriger vers les récepteurs A2a. Résultat : l’activité cérébrale est stimulée.

Le café pourrait être particulièrement bénéfique pour les personnes âgées.

Ce n’est pas une raison pour carburer au café à longueur de journée : à trop forte dose cet effet bénéfique est fortement réduit. « Et l’excès de café peut entraîner des troubles du sommeil et affecter le cœur », met en garde le Dr Vreugdenhil.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire