Le Rabbin XX d’une communauté et ancien responsable de l’Abattage rituel au Beth Din de Paris a bien voulu nous parler de la Cacheroute  en France en général.

Question : Quel regard portez vous aujourd’hui sur l’ensemble de la «cacherout» en France et le nombre toujours croisant des surveillances rabbiniques?

Réponse : En France nous sommes encore bien loin du système des Etats Unis, où l’on trouve un nombre incroyable «d’Achguahot».  En France leur nombre a considérablement augmenté ces 30 dernières années, nous sommes passé à près d’une dizaine de surveillances, exemple (1 cacherout consistoire, 5 cacherout Habad, 1 cacherout Rav Rottemberg et 1 cacherout Rav Kats, 1 Chaarè Tsedek et une ou 2 autres). Que voulez vous, le monopole du consistoire de Paris a disparu au fil des ans.

Question : Vous parlez de l’èpoque où la Boucherie Emsellem détenait presque l’ensemble du marché?

Réponse :  Oui évidemment ! c’était un quasi monopole! À ce propos, on raconte que la chaîne de «Hypercacher» propriété des Ets Emsellem à changée de main depuis quelques semaines, elle aurait été vendu à un groupe de distribution de Marseille.

Question : La cacherout a encore un avenir en France?

Réponse : Comme vous savez, l’abattage rituel et la Brith Mila ont été malmené en France et en Europe. Aujourd’hui la situation s‘est un peu apaisée voir améliorée y compris dans des pays comme l’Angleterre ou la Pologne où on a assoupli la législation. Par ailleurs en France le «boycott» par les centrales de distributions sur les viandes abattues rituellement et l’étiquetage ont été abandonnés jusqu’à nouvelle ordre…

Question : Avons-nous atteint le développement maximum de la consommation «cachère» en France?

Réponse : Nous avons connu des hauts et des bas du point de vu de la consommation en France. Depuis quelques temps déjà nous sommes plutôt vers le bas… Il y a beaucoup de problèmes et bien entendu la crise qui a fait que beaucoup de personne de la communauté ne peuvent plus acheter deux kilo de viande par semaine.

Question : En matière d’importation de produits ou de viandes cachère, ceux là vous posent t-il un problème d’halakha?

Réponse : A une époque, j’avais émis des réserves sur la viande en provenance d’Angleterre, mais en règle générale, lorsqu’on connait les compétences du rav qui contrôle sur place la cacherout en question,  viandes ou autres d’ailleurs, cela ne me pose aucun problème. Tout dépend évidemment du sérieux de l’étiquette de surveillance rabbinique. Cependant j’émets quelques réserves sur le «mode de chéhita» à l’israélienne, que je trouve un peu trop «cool»!. En matière «Alakhique» ou code de loi de la cacherout, la législation n’autorise l’importation de viandes que sous certaines conditions comme par exemple la pénurie.

Question : Quel message ou conseil pourriez vous donner aux consommateurs cachère de France?

Réponse : Je préfère ne pas me mouiller.. D’autant que je n’ai plus de responsabilité! Qu’ils comprennent comme ils voudront..

Question : Quel est votre sentiment sur la situation que traverse la communauté juive de France?

Réponse :  La situation est très grave et elle risque fort de se dégrader encore!

Question : Quels conseils  vous donnez en général aux fidèles qui parfois viennent vous trouver pour vous parler de leurs craintes?

Réponse : La plupart du temps, je leur demande de ne pas paniquer et de réfléchir! L’Alya, il faut un jour la faire c’est évident, mais pas dans un vent de panique. Vous savez, il m’est arrivé moi-même d’être victime de propos ou de menaces à caractères racistes ou antisémites notamment dans le métro et je me suis toujours défendu!.